Les fascias

Qu’est que les fascias ?

Les fascias que l’on nomme aussi tissus conjonctifs sont des membranes qui entourent chaque partie du corps : os, organes, viscères, muscles, artères, vaisseaux, nerf, ligaments…

Ces tissus sont dérivés d’un même tissu embryologique, le mésoderme. Durant le développement embryonnaire, ce tissu, animé d’un micro-mouvement appelé la motilité, sera soumis à de multiples enroulements et sera à l’origine de la plupart des tissus du corps.

Les fascias, dont ils proviennent, vont former une chaîne tissulaire quasi-ininterrompue allant de la tête aux pieds, du plus profond au moins profond et animé d’un mouvement autonome. Ils sont ainsi interdépendants et constituent un important moyen de communication interne. Tout changement ou perturbation de l’un d’eux sera vécu par l’ensemble et par tout le corps.

Le tissu

Le tissu conjonctif est constitué de plusieurs composantes. L’une d’elles, la substance fondamentale joue un rôle très important dans la nutrition cellulaire grâce aux échanges qui s’effectueront entre elle et les capillaires sanguins présents en grande quantité dans le milieu conjonctif. Elle possède une capacité d’adaptation autonome lui permettant de changer de viscoélasticité6 en cas de contrainte ou de compression. C’est la première barrière de défense de l’organisme.
Au-delà d’une certaine perturbation, les fascias verront leur motilité se réduire, n’ayant plus la capacité de s’adapter à la contrainte. Cela aura pour conséquence le développement de chaînes lésionnelles, voire de pathologies fonctionnelles. Cette modification au sein des tissus, gardée en mémoire, descendra au fil du temps de plus en plus profondément dans le corps pouvant ainsi atteindre la cellule. À son tour, influencée par le désordre fonctionnel, celle-ci pourra dans certains cas modifier sa fonction de base et renvoyer dans un processus dégénératif des informations tronquées au reste du corps.

Rôle

Les fascias ont donc un rôle de premier ordre dans l’équilibre de toutes les fonctions du corps. Ils en sont les garants et sont responsables du maintien de notre bonne santé.
L’ostéopathe devra être capable de percevoir des mouvements de quelques microns afin de mettre en évidence les perturbations de motilité du patient. L’utilisation de techniques bien adaptées lui permettra de restaurer la motilité et les distorsions fasciales donnant ainsi au corps la possibilité de retrouver des fonctions physiologiques normales.
eleifend dolor sit Donec leo risus. adipiscing et, luctus tempus dapibus ut